Skip to content

Marathon – Paris – 2014

7 avril 2014

Date : 6 avril 2014

Chrono : 3h 28min 28sec

Profil : plat.

Météo : trop chaude (15°C au départ, 25°C à mi-course, 20°C à l’arrivée).

CaptureDeuxième Marathon de Paris, troisième Marathon en un an, première fois que je pars en connaissance du parcours et de la violence de l’effort qu’il va falloir fournir. Après avoir réussi à descendre sous 1h30 au Semi-Marathon de Paris un mois plus tôt, mon objectif était donc descendre, enfin, sous 3h30 après les 3h46 de l’an passé et les 3h33 de Nice-Cannes.

Capture

Malgré une très mauvaise préparation (aucune sortie de plus d’une heure en cinq mois, hormis le Semi-Marathon) et une semaine précédente affreusement malade (à perdre de l’énergie et à affaiblir mon organisme), j’étais convaincu de pouvoir descendre sous 3h30 au mental et à « l’expérience ». Maître du parcours et convaincu de ma capacité à pouvoir tenir en partant fort, j’ai appliqué parfaitement ma stratégie de course : 4min40sec au kilomètre pour les 30 premiers kilomètres, puis…tenir…tenir…mourir mais tenir…sous 5min30sec au kilomètre pour les douze derniers.

J’ai surtout pu compter sur un atout de poids, le soutien du @ToulouseFC et de Clément Chantôme qui m’ont fait l’honneur de m’envoyer le maillot dédicacé porté par le joueur contre … son club formateur : le Paris Saint-Germain. Un immense plaisir de porter ce maillot, d’entendre des encouragements nouveaux sur le parcours (à la place des « Allez Zlatan », beaucoup de « Allez Toulouse », « Allez TFC » et à trois reprises un surprenant « Allez Triangle« ).

Marathon2014-1Pour m’éviter la galère de la consigne sur le Marathon de Paris (remonter l’Avenue Foch puis redescendre les Champs Elysées) et compte tenu de la clémence de la température (15°C de plus que l’an passé…), je suis venu directement en tenue. Bien m’en a pris. Revers de la médaille, la chaleur a joué un rôle important durant la course : bien trop d’eau perdue obligeant à appuyer les ravitaillements et éreintant beaucoup d’organismes jusque dans les derniers mètres (avec notamment des coureurs titubant, tombant, essayant en vain de se relever jusqu’à ce que des coureurs les portent jusqu’à la ligne d’arrivée… »comme un symbole » de la formidable solidarité entre coureurs). Durant les 10 premiers kilomètres, les embouteillages sur les parties ombragées du parcours m’ont contraint à quelques zigzags et escalades de trottoirs.

Parti dans l’exact même rythme qu’au Marathon Nice-Cannes (là aussi j’ai franchi le Semi au bout d’1h37), j’ai bien senti dès le Bois de Vincennes (autour du Km 10) que les jambes étaient moins bonnes suite à ma semaine malade à m’affaiblir. Mais cette fois-ci, j’avais l’assurance que la deuxième partie du parcours ne n’offrirait pas 15km de violent vent de face. Au mental, donc, j’ai décidé de maintenir le rythme avec l’appréhension d’exploser dans le piégeux enchaînement des tunnels des quais de Seine (qui descendent fort puis remontent instantanément tout aussi fort…comme sur l’avenue Louise pour le Semi-Marathon de Bruxelles) et de la montée Mirabeau – Molitor après le 30ème kilomètre, quand les muscles durcissent irrémédiablement.

Finalement, je me suis surpris à forcer le rythme sans trop souffrir, en contrôle. Comme en 2013, le contournement de Roland-Garros m’a fait très mal. Le moment où l’on commence à avoir besoin de boire plus rapidement que les ravitaillements n’approchent. Le moment où, donc, on boit trop aux ravitaillements et on se remplit inopportunément l’estomac d’un excès d’eau. Mais cette année, interdiction de marcher : deux pauses autorisées aux ravitaillements des Km35 (Porte d’Auteuil) et Km40 (Bois de Boulogne) pour boire et manger calmement tout en laissant les muscles se détendre.

Malgré tout, mon manque de foncier s’est cruellement fait sentir, la chaleur n’aidant pas. Certain de pouvoir descendre sous 3h30 en tenant a minima le rythme, je me suis fait très mal pour avancer toujours, m’arrêter jamais. Entre éphémères sensations de mieux me permettant de claquer le 39ème kilomètre en 5min05sec et faux plats montants assassins (Km 41 en 5min55sec) tétanisant les muscles, j’ai trouvé plus de ressources mentales et physiques que je ne m’en connaissais.

demi-heure

J’ai franchi l’arrivée vidé, rincé…incapable d’accélérer a minima. Incapable même, pour la première fois en compétition, de réussir à ressentir la joie de l’arrivée. Il m’a fallu près de cinq minutes pour descendre les 400 mètres de l’avenue Malakoff, près de deux heures pour n’être plus nauséeux, une douche brûlante pour arrêter de trembler et une demie journée pour retrouver des couleurs.

Un grand merci à ceux qui m’ont permis retrouver un peu d’énergie tout au long du parcours : @Slashisback au Km22, @NicolasRousse au Km24, @saintmtex, mon sponsor dossard, au Km32 avec une banderole « Vous souffrez en courant, nous souffrons de ne pas pouvoir courir » et le @ToulouseFC dont les couleurs m’ont attiré des encouragements tout le long et un excès de motivation.

Marathon2014-2

Mon objectif de 3h30 battu et l’infinie souffrance infligée ne me donnent aucune envie, pour l’instant, de prévoir le prochain marathon. Trois marathons en un an, c’est déjà pas mal. Je vais probablement attendre 2015 pour y réfléchir. Mais le programme 2014 reste copieux avec notamment l’objectif de descendre sous 40min au 10km (peut-être en juin au 10km L’Equipe), des courses de pur plaisir (Paris Saint-Germain-En-Laye, 15km du Château de Versailles, 20km de Paris, Paris-Versailles…) et peut-être un dernier défi au Semi-Marathon de Boulogne-Billancourt pour me tester sur un objectif d’1h28 avec un profil plat et une température fraîche.

(Enorme hommage à @ti_tom qui a claqué un 3h08min…une machine)

Publicités

From → Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :