Skip to content

Nouvelle lettre ouverte à Monsieur Daniel Bilalian

10 décembre 2013

Nouvelle lettre ouverte à Monsieur Daniel Bilalian

Cher Daniel,

si je prends à nouveau la plume aujourd’hui, ce n’est pas parce que je t’apprécie tout particulièrement (je sens poindre ta déception jusqu’ici), mais bien parce que tu m’y contrains.

 A la lecture de L’Equipe, ce matin, j’ai appris que France Télévision ne diffusera pas les épreuves de ski alpin (Val d’Isère), ski cross (Val Thorens) et biathlon (Le Grand Bornand) se déroulant concomitamment dans trois stations françaises à la fin de la semaine. Alors que ces sports sont sous-médiatisés et que les Jeux Olympiques de Sotchi approchent à grand pas, ce choix m’interpelle.

Comme premier argument, tu invoques le fait que France Télévision n’a pas vocation à diffuser des épreuves de Coupe du monde de sport de neige. Sans vouloir débattre sur la vocation de France Télévision à diffuser la Cup de football anglais ou la Coupe de la Ligue dont l’existence est motivée par des considérations financières et non sportives, la question se situe bien ailleurs. France Télévision, organe télévisuel du service public français, n’aurait porté aucune atteinte criminelle à ses missions en permettant aux téléspectateurs français de profiter de ces quatre jours de fête des sports d’hiver français. Surtout si c’est pour diffuser pour la 43ème fois l’épisode numéro 81 de Derrick.

Comme deuxième argument, tu invoques le fait que France Télévision n’est pas une chaîne thématique de sport. Dis-moi dans ce cas de quoi France Télévision est la chaîne thématique, si ce n’est des séries allemandes du 14ème siècle ou du recyclage de l’ami Nagui dans un maximum d’émissions à haute valeur culturelle ajoutée.

Comme troisième argument, tu invoques le fait que les sports d’hiver n’ont pas suffisamment de passionnés pour les suivre. Concrètement, tu invoques ici l’argument de la rentabilité économique de l’acquisition des droits télévisuels de ces épreuves et des coûts de retransmission.

Premièrement, si la motivation de France Télévision est celle d’optimiser ses bénéfices commerciaux, permets-moi de te demander le retour de la publicité après 20 heures et de me rembourser fissa vingt années de redevance télévisuelle à financer les excentricités capillaires de Julien Lepers, les chroniques pertinentes et recherchées de Guy Carlier et l’humour raffiné, intellectuel et hilarant de Laurent Ruquier ou Sophia Aram. Je peine à croire que les spots publicitaires entre Derrick et le Renard se vendent mieux que ceux diffusés entre une victoire de Martin Fourcade et un slalom géant mené tambour battant par Alexis Pinturault. Sauf si tes annonceurs publicitaires sont exclusivement ceux qui vendent des ascenseurs d’appartement et des dentiers révolutionnaires ou qui rachètent les vieux bijoux en or.

Deuxièmement, j’aimerais que l’on compare le coût des droits de retransmission de la Cup anglaise avec les quelques milliers d’euros nécessaires pour rendre compte de la présence exceptionnelle de trois épreuves de sport d’hiver en France en même temps. J’aimerais que l’on communique sur le coût du logement et des frais de bouche d’un Nelson Monfort dont l’arrogance le dispute à l’incompétence pour deux interviews maladroites et inutiles à Londres.

Troisièmement, j’aimerais que tu m’expliques comment intéresser les téléspectateurs à ces sports d’hiver s’ils sont obligés de s’abonner à des chaînes payantes pour suivre, apprécier et maîtriser ces sports. Ta mission de service public n’est pas de servir au téléspectateur ce qu’il maîtrise mais bien de l’éveiller à ce qu’il est susceptible d’apprécier. Ta mission de service public n’est pas de lui offrir trois phrases lapidaires dignes d’une analyse de bistrot sur la journée de Ligue 1 dans Stade 2, mais bien de parler du record exceptionnel de François Pervis dont aucun de tes journalistes n’a entendu parler.

En slalom, la France compte notamment un champion du monde encore en activité avec Jean-Baptiste Grange et un guerrier à la mentalité exceptionnelle qui a fait un retour fracassant à Levi avec Julien Lizeroux. En slalom géant, la France dispose du groupe le plus fort du plateau mondial avec sept ou huit skieurs dans le Top 30 mondial dont la moitié peut espérer un podium à chaque course (quatre dans le Top 14 dont deux dans le Top 5 ce week-end à Beaver Creek). En biathlon, la France, malgré à peine quelques centaines de licenciés, réussit depuis 20 ans à se maintenir au sommet. Elle est actuellement portée par un monstre en la personne de Martin Fourcade qui arrive au Grand Bornand (première fois de l’histoire que le Biathlon offre une épreuve de Coupe du monde à une station française) sur une série de douze podiums consécutifs et détenteur de tous les dossards de leader. En skicross, Jean-Frédéric Chapuis n’est rien d’autre que le champion du monde en titre.

Cher Daniel, assume ton incompétence, assume ton mépris pour les missions de service public de France Télévision, assume ton goût pour la facilité, assume ton petit confort de bureaucrate, assume ta méconnaissance de l’engouement de bien des contribuables pour les sports d’hiver, assume ton incapacité à assurer une telle couverture événementielle, assume ton ignorance des performances fantastiques que réalisent nos biathlètes et nos skieurs. Assume, si jamais tu en saisis le sens.

Tu parles de « casse-tête de programmation ». Comme je te comprends. Que ce doit être compliqué de ne pas diffuser dès cette semaine ton stock d’émissions déjà enregistrées avec Nagui ou Julien Lepers. Que ce doit être compliqué de trouver un créneau de trois heures parmi si peu de canaux : France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô, France 3 Régions. Que ce doit être compliqué d’assurer une diffusion, a minima, sur Pluzz / Internet.

Comment oses-tu jouer les victimes ou martyrs du grand capital quand tu sens que les droits de retransmission de Roland Garros pourraient t’échapper alors que tu prends soin d’afficher continuellement un profond mépris pour le sport français en te bornant au triptyque Football – Rugby – Tennis et en engraissant une meute de journalistes sous exploités dont les salaires sont aussi mirobolants que leur incompétence démesurée ?

Comme lorsque tu as sanctionné l’audace et l’esprit d’initiative de ton journaliste lors de Roland-Garros, tu préfères te prélasser aveuglément dans ton bocal de formol plutôt que de t’exposer. Tu abhorres les prises de risques et les défis autant que tu te complais dans l’ignorance de l’immobilisme moribond et de l’incompétence coupable de ton paquebot. Cela fait bien longtemps que tes programmes tournent à vide, que tes collègues sont invités à prendre des retraites anticipés et que le sport français continue de manquer d’exposition médiatique.

Au lieu de te remettre en question, tu n’as qu’un principe de vie :

« SILENCE, ON COULE ».

Publicités

From → Actualité

One Comment
  1. Que cet article est juste et bien écris… je découvre le blog et j’en apprécie chaque ligne.
    Merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :