Skip to content

Le Rocher de Tanios – Amin Maalouf

9 novembre 2011

Note : 14/20

 

Présentation :

L’histoire du jeune Tanios, enfant de Kfaryabda, village chrétien situé dans la Montagne au Liban, et à la naissance mystérieuse dont le destin est intrinsèquement lié aux bouleversements d’une région convoitée par les Ottomans, les Égyptiens et les Anglais au 19ème siècle.

 

Commentaire :

Prix Goncourt 1993, le cinquième roman d’Amin Maalouf est, sans surprise, d’excellente qualité. Il nous plonge dans l’univers féodal d’un village de la « Montagne » au Liban en 1830, à une époque où Ottomans, Égyptiens et Anglais cherchent à contrôler, plus ou moins directement, le Moyen-Orient.

Le récit est totalement fictif. Pourtant sa crédibilité historique est troublante : pertinence du style, des événements, des personnages, du contexte géopolitique et social… On pourrait croire qu’un réel travail de recherche d’historien a été effectué. On le doit surtout à cette mise en abîme par laquelle Amin Maalouf déguise son roman dans une retranscription d’une œuvre fictive, les fameuses « Chroniques de la Montagne« . C’est très habilement qu’il jongle entre narration omnisciente, citation de ces chroniques imaginaires et compilation des pensées et récits des personnages (Tanios avant tout, mais aussi l’opportun et mystérieux muletier Nader).

Le style est caractéristique d’Amin Maalouf : d’une parfaite limpidité, d’une richesse et d’une diversité remarquables, d’un rythme idoine selon l’intensité qu’il souhaite donner à son récit… Jamais un mot ou une phrase ne heurte le lecteur. On chemine avec fluidité d’une page à l’autre.

D’un point de vue purement romanesque, l’histoire se tient. On est loin des exagérations de Stendhal ou des introspections de Flaubert, mais on ressent pourtant leur influence dans la construction du récit, dans son rythme et dans les outils à son service. Le temps de l’histoire n’est pas linéaire ; cela permet au lecteur d’alterner enchaînements endiablés d’action et prises de recul reposantes. C’est à ce titre que l’habitude de d’Amin Maalouf de toujours découper avec régularité ses ouvrages en livres et chapitres trouve toute sa pertinence. A titre personnel, je suis particulièrement sensible à ce choix d’écriture qui aère autant le récit qu’il en structure le rendu dans l’esprit du lecteur.

Je recommande donc vivement ce roman, bref et intense, qui saura mener le lecteur dans  un univers riche et original.


 

Poche: 280 pages
Editeur : Le Livre de Poche
Collection : Littérature & Documents

Publicités

From → Littérature

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :