Skip to content

Week-end A Zuydcoote – Robert Merle

2 novembre 2011

Note : 14/20

Présentation :

Deux jours aux côtés de quatre soldats français coincés dans la poche de Dunkerque en 1940 et espérant pouvoir embarquer pour l’Angleterre avant l’arrivée des Allemands.

Commentaire :

Rares sont ceux qui ont le talent de Robert Merle pour nous délivrer des romans historiques. Ils sont toujours très bien documentés et rédigés avec minutie. Surtout il sait à merveille nous faire ressentir pensées, sentiments et états d’âme de ses personnages. C’est d’autant plus crédible, en l’espèce, que Robert Merle a connu les situations de ces héros : il a été enfermé dans la poche de Dunkerque en 1940 avant d’être capturé par les Allemands.

Dans cet ouvrage, on suit durant deux jours la vie très mouvementée de Julien Maillat et de trois de ses camarades qui cherchent à embarquer pour l’Angleterre malgré la priorité donnée aux soldats anglais tout en essayant de survivre aux bombardements allemands (75, 77 et Stukas). On y trouve de l’action, du romantisme, de la franche camaraderie, de la réflexion sur la religion et la guerre… Un bon condensé de tout ce qu’ont pu vivre les soldats français, condamnés par l’avancée allemande sans jamais avoir pu réellement se battre.

Le style est brillant. Robert Merle utilise le vocabulaire et la syntaxe d’époque selon qu’il fait parler un soldat instruit ou un soldat plus vulgaire. De manière générale, la lecture est limpide. Chaque mot est pertinent car il s’inscrit dans la construction du personnage en question mais réussit aussi à forger notre imaginaire.

Les réflexions sur la religion (il fait intervenir un prêtre) et la guerre sont loin d’être convenues. A dire vrai, on a du mal à deviner le parti de l’auteur et de la plupart de ses personnages. On sent même du détachement et du recul ayant permis une réflexion personnelle aboutie.

L’histoire est crédible et parfois affreusement réaliste. Le récit dans l’instantanéité (l’histoire se déroule sur un week-end) est saisissant et l’on ressent aisément son développement au rythme qui devait être celui des soldats à ce moment-là : de longs moments d’attente avec de soudaines agitations (rumeur sur un embarquement, attaque aérienne, bombardement allemand…).

Je le recommande vivement à différents titres : comme œuvre historique documentée, comme roman prenant et comme exercice de style.

Poche: 244 pages
Editeur : Gallimard
Collection : Collection Folio

Publicités

From → Littérature

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :