Skip to content

Stargate SG-1

22 septembre 2011

Note : 19/20

Début : 1997

Nombre de saisons : 10

Durée : 42 min

 

Présentation :

Quelques années après le premier voyage des Terriens sur Abidos, la porte des étoiles est réactivée par les Goa’ulds. Les Etats-Unis décident alors de développer des équipes spécialisées dans les voyages intergalactiques à commencer par l’équipe SG-1.

 

Commentaire :

La plus longue série de science-fiction jamais réalisée : dix saisons. La plus grande ? Probablement oui, en raison de sa longévité et de sa capacité à évoluer avec qualité tout en restant fidèle à l’esprit initial. Le doute est permis, car en quatre saisons très intenses, Battlestar Galactica a aussi joué à un niveau d’exception et d’excellence. Inutile d’en débattre, ces deux séries cohabitent parfaitement et se savourent sans fin.

L’imaginaire créé dans cette série est exceptionnel, on accroche tout de suite. Goa’ulds, Tok’ras, Réplicateurs, Anciens…un jeu vidéo grandeur nature et absolument crédible. L’imaginaire a tellement bien fonctionné que deux spin-off ont vu le jour : l’excellent Stargate: Atlantis qui a reproduit le schéma de Stargate SG-1 et le catastrophique Stargate Universe qui a justement essayé de s’affranchir de ce schéma. Même si les dimensions théologie et sociologie ne sont pas aussi poussées que dans le bijou Battlestar Galactica, de nombreuses questions intéressantes sont soulevées par les différents univers et sociétés que l’on découvre au fur et à mesure des rencontres à commencer par la dialectique hégélienne entre Humains et Unas (placer Hegel en parlant de la franchise Stargate : check), le système féodal des Goa’ulds, les sociétés matriarcales, les fédérations, les sectes, le principe de l’Ascension en référence au Bouddhisme…

L’esprit et le modèle de cette série mythique en a inspiré tant d’autres par la suite. C’est la référence. Malgré un budget phénoménal, Spielberg n’a fait que reprendre ce schéma (le talent et la qualité en moins) dans son désastreux Terra Nova.

Les acteurs sont brillantissimes : Richard Dean Anderson est tout simplement intouchable, il magnifie son personnage de leader charismatique, grand guerrier, mais ne se prenant jamais au sérieux. Jamais d’excès dans le jeu des acteurs : une sobriété géniale incarnée par Christopher Judge. Utilisation magnifique du comique de répétition dans les situations comme les dialogues à commencer par les « Indeed » de Teal’c.

Les personnages sont charismatiques : chacun sa particularité, chacun son rôle à jouer mais une cohérence et une capacité à jouer ensemble de très bonne facture.

Les décors et costumes, pourtant à budget limité, n’ont pas pris une ride quinze ans après les débuts. Ils sont pertinents, bien réalisés et très crédibles.

Cette série est un chef d’œuvre en tout point. Elle aurait obtenu la note de 20/20 si elle avait mieux géré les deux dernières saisons après le départ de Richard Dean Anderson. Sans rien enlever au bon boulot de Ben Browder, la série n’était plus vraiment la même. On peut mentionner aussi que les deux dernières saisons semblent s’ajouter un peu façon bricolage : nouvel ennemi (les Oris) étrangement surpuissant pour aller dans la surenchère après les Réplicateurs et nouvel univers moins travaillé et moins original avec les Chevaliers de la Table Ronde. Mais on se permet d’être exigeant et de pinailler seulement parce que les huit premières saisons sont d’exception.

Un immense chef d’œuvre à voir et à revoir. On ne s’en lasse jamais.

Inconcevable pour tout amateur de Séries TV ou de Science-Fiction de passer à côté.

 

J’aime :

Tout : imaginaire, personnages, acteurs, décors, dialogues, scenarii, longévité…

 

Je n’aime pas :

Le départ de Richard Dean Anderson

Stargate Universe

 

Créée par Brad Wright, Jonathan Glassner

 

Avec :

Claudia Black : Vala MalDoran (aussi dans 90210)

Richard Dean Anderson : Jack O’Neill (aussi dans MacGyver)

Amanda Tapping : Samantha Carter (aussi dans Stargate: Atlantis)

Colin Cunningham : Major Davies (aussi dans Falling Skies)

Michael Shanks : Daniel Jackson (aussi dans Smallville, Burn Notice et 24)

Teryl Rothery : Janet Frasier (aussi dans Caprica)

Carmen Argenziano : Jacob Carter / Selma’k (aussi dans Melrose Place)

Christopher Judge, Ben Browder, Don S. Davis, Peter Williams, Ronny Cox, Gary Jones, Corin Nemec, Tony Amendola, Cliff Simon, Beau Bridges, Lexa Doig, …

 

Générique :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :