Skip to content

MacGyver

22 septembre 2011

Note : 15/20

Début : 1985

Nombre de saisons : 7

Durée : 42 min

 

Présentation :

Les aventures d’un agent secret solitaire futé, bricoleur et de grande bravoure.

 

Commentaire :

Probablement le personnage de série le plus mythique. Il fait la série à lui tout seul (un peu comme duo de Quantum Leap), même si certains personnages sont redondants comme Pete, Jack Dalton, les frères Colton ou Penny Parker.

D’abord agent secret, puis Robin des Bois des temps modernes ou employé de l’omnipotente Compagnie Phénix, ses aventures sont toujours palpitantes avec du rythme, de l’humour (les bons mots de Richard Dean Anderson que l’on retrouvera avec Jack O’Neill) et les légendaires bricolages où avec un couteau suisse, un morceau de bois et un chiffon MacGyver relance une centrale nucléaire. Encore plus fort que James Bond et ses gadgets.

Les sept saisons s’enchaînent sur un même modèle mais avec des personnages que l’on retrouve petit à petit et un décor qui change (à travers le monde comme agent secret puis surtout aux États-Unis par la suite). Le personnage et l’acteur sont charismatiques, les aventures captivantes et les bricolages toujours aussi jouissifs (encore davantage que dans The A-Team dont certaines manœuvres ont pris un coup de vieux).

Malgré la longue durée de la série, sa capacité à se renouveler (cadre, personnages, scenarii, bricolages, décors…) est impressionnante. Les épisodes de mauvaise qualité où l’on peut être tenté de regarder sa montre se comptent sur les doigts d’une main, ce sont souvent des épisodes « à l’ancienne » où l’on revit par des flash-backs certaines aventures passées. Parfois, les épisodes prennent de gros risques avec succès : je pense notamment aux songes MacGyver qui le plongent dans des aventures à l’époque du Far West, des cowboys. Surprenant les premières fois mais toujours réussi.

La série reste tout de même très simple, reposant sur un schéma presque unique dénué de trame de fond : pas (ou très peu) de romance, de suivis des personnages ou des histoires ; du moins, beaucoup moins que dans les séries plus récentes. Ici, on croise de temps à autres amis ou ennemis entrevus dans les saisons précédentes (c’est même l’objet d’un épisode en lui-même) mais sans jamais que cela ne constitue un fil rouge. Et tant mieux : c’est un schéma à part qui convient très bien à cette série, là où elle perdrait le spectateur avec des séries de moins bonne qualité. MacGyver est un solitaire et c’est sur cet esprit qu’est structurée la série.

Un bijou, probablement l’une des plus grandes séries jamais réalisées. Pour toutes les générations MacGyver est une légende. Et on peut se réjouir que son interprète soit le monumental Richard Dean Anderson.

 

J’aime :

Richard Dean Anderson

Le personnage.

Les bricolages.

La variété des scenarii et paysages.

Son couteau suisse.

 

Je n’aime pas :

Le fait que ça commence à vieillir un peu.

 

Créée par Lee David Zlotoff

 

Avec :

Richard Dean Anderson : Angus MacGyver (aussi dans Stargate SG-1)

Teri Hatcher : Penny Parker (aussi dans Desperate Housewives et The New Adventures of Superman)

Dana Elcar, Bruce McGill

 

Générique :

 

Une vidéo du tournage de Stargate SG-1 drôle en référence à Angus MacGyver :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :